Reportage: Quiberon, la presqu’île des douceurs

Souvent trop lourds et pas très fins dans nos souvenirs, les gâteaux bretons ne font pas rêver… Mais alors, il faut aller plus loin, suivre les petites routes et pousser jusqu’à la presqu’île de Quiberon. Là, jamais loin de la mer, plusieurs entreprises familiales rendent hommage aux sucreries bretonnes, chacune avec ses spécialités.

La ballade peut commencer sur le port où trône, depuis 1893, Riguidel. Cette pâtisserie est réputée dans tout le pays pour son kouign-amann, un gâteau fait de pâte feuilletée, de beurre (beaucoup) et de sucre. Spécialité du Finistère, le kouign-aman a débarqué à Quiberon avec les marins du nord venus pêcher la sardine dans le Morbihan.

Depuis, « La beurrée de Riguidel », comme l’appelle les adeptes, est à n’en pas douter le meilleur Kouign-aman de Bretagne !

Un peu plus loin, le long de la plage, la famille Audebert a installé sa petite échoppe de confiserie en 1946. Dans la France de l’après-guerre, les gens redécouvrent le sucre. C’est le moment que choisissent les Audebert pour créer « la Niniche » . Cette sucette, sorte de bâtonnet rond comme un sucre d’orge affublé d’un manche, se décline en de nombreux parfums à base de fruits : citron, fraise, melon, groseille… ou de caramel : sésame, orange, chocolat…

Aujourd’hui, les enfants d’hier viennent avec leurs petits-enfants déguster la Niniche chaude d’après-dîner. Fabriquée dans les chaudrons de cuivre de la petite boutique de la plage, c’est un délice de vacances qui fond dans la bouche et laisse des souvenirs pour l’année ! Sous le nom de « la maison d’Armorine », l’entreprise familiale en est à sa quatrième génération de confiseurs. Histoire de ne jamais se lasser, il existe maintenant 49 parfums de ces sucettes sans conservateurs, ni colorants à manger chaude sur place ou froide toute l’année !

En remontant un peu vers le centre-ville, on découvre une « chocolaterie-caramélerie » si jolie que l’on dirait une bijouterie et plus d’un s’y est trompé !

Une fois la porte franchie, un fumet chocolaté vous accueille et le doute n’est plus permis. Il existe deux très bonnes raisons de rendre visite à Madame et Monsieur Le Roux et les touristes comme les gens du pays le savent bien !

La première est évidemment le chocolat, référencé comme l’un des trois meilleurs de France. Henri Le Roux le propose sous diverses formes : en tablettes, en poudre, en bonbons…

Un chocolat si fin que l’on se demande ce qu’il a de breton… avant de croquer dans un bonbon qui révèle une subtile ganache au sarrazin ou dans un Yannick, autre bonbon fait de praliné mélangé à du beurre salé et à des brisures de crêpes dentelle, le tout recouvert de chocolat : un délice bien breton qui ne se raconte pas !
Mais si l’on se presse chez les Le Roux, c’est avant tout pour le CBS, comprenez caramel au beurre salé.
En 1977, Henri Le Roux s’installe à Quiberon et invente cette petite merveille de caramel mou sucré-salé protégeant en son cSur des éclats de noix, noisettes et amandes. Contre toute attente de la part du caramélier novateur, le CBS a un succès immédiat. Pour l’expliquer, Henri Le Roux évoque l’air du temps : « A la fin des années 70, la nouvelle cuisine bouscule les papilles et le sucré-salé trouve sa place. De plus, les produits du terroir reviennent sur le devant de la scène et le CBS sonne breton sur le palais avec sa pointe de sel. » Mais il oublie son coup de génie d’avoir eu la bonne idée au bon moment !
Une idée qu’il a depuis déclinée : en plus des bonbons CBS, le « caramélier », un gros pot de CBS a vu le jour sans oublier tous les bonbons de chocolats et florentins dont la base est le CBS. Le caramel au beurre salé a été maintes fois copié mais si vous allez à Quiberon, n’oubliez pas de goûter celui des Le Roux : jamais égalé, certitude de gourmand !

Riguidel, 38, rue de Port-Maria, 56170 Quiberon. 02.97.50.07.41 La maison d’Armorine, 56 bd Chanard, 56173 Quiberon http :www.niniche.com

Le Roux, 18, rue de Port-Maria, 56170 Quiberon http : www.chocolatleroux.com

Lucile Escourrou

Leave a reply