Reportage : La vraie galette bretonne

Tout le monde sait faire une crêpe suzette mais une bonne galette bretonne au blé noir, c’est bien moins évident… Cocooking est allé enquêter à Guidel, dans le Morbihan. C’est monsieur Thomas, crêpier de père en fils, qui nous a donné quelques-uns de ses secrets pour réussir une vraie galette.

Dans la crêperie « Ty mam goz », les clients font la queue pour acheter leurs douzaines de galettes. Cela fait cinq ans que monsieur Thomas et sa femme ont ouvert leur boutique de vente à emporter à Guidel. La crêpe, c’est une tradition familiale : « Ty mam goz, ça veut dire la maison de ma grand-mère. Mon premier souvenir de crêpes, c’étaient celles de ma grand-mère. » La crêpe au froment et la galette au blé noir ont donc la vedette : vous repartez avec votre paquet sous le bras pour le petit déjeuner ou monsieur Thomas vous en prépare une à la confiture ou au caramel au beurre salé, selon vos goûts. Et si vous devenez inconditionnel, vous pouvez commander une bûche de crêpes pour Noël ! Mais comme toute la planète n’habite pas dans les environs de la crêperie « Ty mam goz », monsieur Thomas nous a livré sa recette de la fameuse galette bretonne:

Pour 30 galettes

1 kg de farine de blé noir 2 pincées de sel 2 litres d’eau Dans une terrine, mettre la farine et faire un puit. Ajouter le sel puis un peu d’eau. Pétrir le mélange puis ajouter le reste de l’eau petit à petit en remuant toujours. Laisser reposer au moins une heure au frigo. Faire chauffer une poêle sur feu vif ( 220°C), la graisser avec de l’huile végétale et mettre une louche de pâte dedans. Etaler bien la pâte dans la poêle et retourner la galette dès que le dessus commence à sécher. Quand les deux côtés sont cuits, vous pouvez réserver la crêpe ou la garnir (galette complète : jambon, fromage, Suf) et la manger ! Pour vraiment réussir ses galettes, monsieur Thomas précise qu’il faut avoir de bons bras pour pétrir la pâte au moins un quart d’heure, 20 minutes c’est encore mieux, avant de la mettre au frigo… On fait confiance aux gourmands ! Lucile Escourrou

Leave a reply