Petit cours de cuisine thaï

La rédaction de Cocooking ayant décidé de faire les choses en grand, c’est au Blue Elephant de Bangkok que nous sommes allés prendre notre leçon de cuisine thaïlandaise. Devant un joli pavillon traditionnel au milieu des buildings, des Taïwanais, des Australiens, des Mexicains, des Français et des Américains se retrouvent de bon matin. La température est encore supportable dans les rues de la capitale thaïlandaise : direction le marché pour se familiariser avec les ingrédients dont nous aurons besoin. Petites mangues vertes, liserons d’eau, piments rouges et verts, poissons inconnus au bataillon et viande sans vitrine réfrigérée font de l’oeil aux élèves qui se promènent dans les allées. Les professeurs nous montrent la fabrication du lait et de la crème de coco à base de chair râpée et nous goûtons de délicieux petits gâteaux gélifiés de toutes les couleurs. Retour au Blue Elephant pour la matinée de cours. Tout débute par quelques explications théoriques bien nécessaires pour les novices que nous sommes. Laissez vos salières de côté et n’oubliez pas d’ajouter une giclée de sauce au poisson dans vos préparations si vous voulez y retrouver une note salée. Le doux, omniprésent, se décline grâce au sucre de palme ou au lait de coco, l’aigre vient du jus de tamarin et le pimenté du piment et de l’ail, à utiliser en grosses quantités. Nous débutons par une salade d’aubergines avec une « vinaigrette » à base de jus de citron vert, de sauce de poisson et de jus de tamarin… sans oublier les cinq piments par personne ! Mais la chef, Nooror Somany Steppe qui a travaillé au Blue Elephant de Bruxelles, nous rassure : « Ce n’est uniquement pas la quantité de piment utilisée qui fait que le plat est plus ou moins pimenté mais aussi la manière dont on prépare les piments ! ». Donc, pour ne pas cracher du feu en dégustant notre salade, nous apprenons qu’il suffit d’enlever les graines et les parties blanches puis de ne pas trop écraser la chair.

Le cours continu avec des crevettes sautées, un poisson frit au gingembre et un curry de canard. Chaque recette est d’abord expliquée dans les moindres détails. Techniques, ustensiles, remplacement des ingrédients exotiques, chacun y va de sa question. Puis les élèves de tous les pays se lancent, seuls devant leurs woks. Les professeurs passent ajouter avec un sourire les ingrédients oubliés et, petit à petit, la cuisine se parfume de gingembre, d’ail et de coco. Une fois les différents plats réalisés, nous passons à table dans la salle de restaurant et goûtons nos créations? Presque aussi bons qu’au restaurant ! Mais surtout, nous saurons désormais cuisiner thaï à la maison !

Pour suivre un cours au Blue Elephant de Bangkok ou tout simplement pour aller déguster un curry dans leurs restaurants parisiens ou bruxellois :
http://www.blueelephant.com/ Lucile Escourrou

Leave a reply