Livres : A l’heure du Ramadan

Pour en savoir un peu plus sur la fête religieuse la plus longue du monde (un mois tout de même) et surtout la plus gourmande, Cocooking s’est plongé dans les livres et vous en a rapporté des saveurs orientales et des senteurs épicées empreintes de spiritualité !
Attention : à déguster avant qu’un « fil blanc se laisse distinguer d’un fil noir, à l’aurore. Après quoi, jeûne complet jusqu’à la nuit suivante. » Coran, II, 187

A la découverte du Ramadan et de ses douceurs

C’est Fatéma Hal, la patronne du restaurant le Mansouria à Paris, qui signe ce beau livre -reportage : « Ramadan, la cuisine du partage ». Marocaine d’origine elle nous raconte avec apêtit son premier Ramadan. Ce Ramadan-là est celui où l’on découvre les rites et où l’on est fier de grandir et d’être accepté dans cette fête d’adultes. C’est celui aussi où l’on fait ses premiers pas en cuisine pour aider ceux qui s’affairent autour des casseroles et où l’on apprend le sens de la convivialité et du partage.

Les recettes, gourmandes et d’une grande finesse (imaginez simplement une crème à la fleur d’oranger), sont rangées selon les heures de la journée et surtout de la nuit car c’est là que tout se passe.

Il y a Al-Foutour pour rompre le jeûne avec des dattes et du lait pour commencer puis des soupes comme la célèbre Harira. Arrive doucement Al’Ichâa, le dîner, où l’on partage des purées d’aubergines, de potiron, des salades, des pastilla, comme celle de Tétouan au citron et des tajines.
Ensuite on se promène et on va dormir quelques heures avant Al Souhour, dernier repas léger avant l’aurore. L’heure de déguster un couscous sucré à la cannelle ou un gâteau de fromage frais. Après c’est la longue journée de jeûne et de réflexion qui recommencera trente fois… Un reportage photos permet de découvrir ses moments de recueillement et de convivialité dans une famille musulmane, celle de Ben, un ami de Fatéma, entre France et Maroc.

Pour finir, Fatéma Hal évoque la grande fête de l’Aïd « Un événement sucré, symbole de douceur pour les mois à venir ». Roulés aux dattes et aux amandes, baklawa aux noix, makroutes et cornes de gazelle vous accompagneront pour ce dernier festin.

Ramadan, la cuisine du partage, Fatéma Hal, Agnès Viénot éditions, 2006, 25 ¬

A la rencontre de la culture culinaire Alépine

Un livre qui évoque en quelques pages le Ramadan à Alep, en Syrie du Nord. La façon dont la ville vit au ralenti durant la journée, celle dont les femmes s’activent aux fourneaux pour préparer des mets divins sans pouvoir les goûter et surtout celle dont les familles, amis, voisins se retrouvent une fois le soleil couché pour déguster les multiples plats du Ramadan et discuter autour d’un café. Seulement deux petites recettes, des pâtisseries, en rapport avec le Ramadan. Mais on ne boudera pas notre plaisir, voici les noms de ces merveilles de semoule, beurre, lait tiède, de pistaches…et on en passe : des Karâbîj et des ma’moul. A imaginer fondants sur son palais…

Ce livre est avant tout un hommage à cette perle culinaire chargée d’histoire qu’est Alep. Grâce aux dessins qui ornent les pages, et les recettes au détour d’un paragraphe, vous ferez un voyage dans une Syrie enchanteresse, moderne et fière de son passé… mais d’abord gourmande ! D’après une restauratrice d’Alep, « les estomacs des voyageurs étrangers sont deux fois plus petits que ceux des Alépins ».
Et d’ailleurs, « les Alépins vivent pour manger » et non pas l’inverse, qu’on se le dise !

Les secrets d’Alep, Florence Ollivry, éditions Sinbad chez Actes Sud, 2006, 28 ¬

Lucile Escourrou

Leave a reply