Livre: Chaud brûlant

Bill Buford a la cinquantaine et un poste de journaliste au New Yorker. En d’autres termes, sa vie va plutôt bien… Mais un jour, Bill Buford invite par hasard le chef Mario Batali, superstar des fourneaux new-yorkais, à dîner chez lui. Fasciné par ce personnage entier qui mange comme dix, boit comme vingt et ne se couche jamais avant cinq heures du matin, Bill Buford décide de « rentrer en esclavage » dans les cuisines du maître. Il abandonne donc son emploi et se lève à six heures pour intégrer l’équipe du Babbo -véritable restaurant gastronomique italien de New-York- gratuitement et aux tâches les plus ingrates. Epluchage des légumes, découpage de la viande et enfin cuisson ardente de cette même viande ou bouillante de la pasta, Bill Buford découvre les postes les uns après les autres avec enthousiasme malgré un traitement souvent très rude. Il en profite pour croquer ses compagnons de cuisine : la sèche Elisa, responsable du froid et ennemie de Gina, la voluptueuse reine de la pâtisserie à la langue bien pendue, Frankie, le gueulard au bon coeur, Andy, le pro calme et tenace… Mais cette ambiance dingue ne suffit pas au journaliste qui s’envole sur un coup de tête vers Italie à la recherche des recettes des véritables pastas. Qui a mis le premier oeuf dans la pasta ? Voici le type de questions qui anime Bill Buford, lui fait traverser des régions improbables et rencontrer des personnages hauts en couleur. Avec des débuts d’explication et de nouveax tours de mains en poche, Buford retourne au Babbo pour en repartir aussi vite, cette fois attirer par un boucher italien qui lui apprendra l’art de la viande. Toute ressemblance avec de vrais chefs et de vrais restaurants… est évidemment faîte exprès ! Bill Buford n’a même pas pris soin de changer les noms, à commencer par le sien, ce qui rend le récit certainement encore plus attachant. Le chef superstar absent, les sous-chefs hargneux, chacun en prend pour son grade et pourtant tous restent sympathiques car compréhensibles… Que serions-nous devenus 10 heures d’affilés coincés devant un grill à 100°C pendant cinq ans ? En véritable journaliste, Buford ajoute des infos à chaque page, rendant la lecture instructive et passionnante. Vous apprendrez donc -entre autre- absolument tout sur la pasta depuis Apicius… Et vous en redemanderez !

« Chaud brûlant », Bill Buford, Christian Bourgois, 2007, 542 p, 25€ Lucile Escourrou

Leave a reply