Le barbecue du Fooding

Le Fooding d’été va encore frapper et cette année, il a la bonne idée de s’attaquer à plusieurs villes de France. La capitale se fait bouder pour cette session mais les Franciliens iront à Vitry sur Seine, plus précisément au MacVal, le musée d’art contemporain qui fait de la cuisine de haute voltige pas toujours appréciée -demandez pour voir son avis au critique gastro François Simon !- mais qui mérite de piquer la curiosité des gourmets. Pour tous les autres : Toulouse, Lyon et Marseille, selon votre région ou pourquoi pas vos envies gustatives. La base sera la même pour tous : bar à huilegrette et « barbecunomique », comprenez barbecue pas trop cher. A chaque fois des chefs -le plus souvent de la région en question- se prêtent au jeu et inventent des recettes en suivant les contraintes avec imagination !

Pour vous, c’est quoi le fooding ?

C’est la démocratisation de la cuisine gastronomique qui a une image une peu coincée et qu’il est temps de changer.

Pourquoi vous être lancé dans cette aventure ?

On m’a contacté et on m’a expliqué le projet. Ce qui m’a plus c’est de faire découvrir au plus grand nombre une cuisine gastronomique. C’est aussi un challenge car il faut changer ses habitudes de cuisine le temps d’une manifestation avec grand pique-nique et une cuisson au barbecue. J’aurai les clients en face, on fait cuire le thon et on le donne de la main à la main, c’est bien loin de mes habitudes de travail !

Vous avez décidé de travailler autour de quel aliment ?

Le thon rouge ! J’ai choisi le thon parce que c’est un produit de saison et qui ne demande pas une longue cuisson. Je le sers avec une approche originale, un peu comme un éclair en pâtisserie.

A priori, ce n’est pas ce qu’on attend pour un barbecue ?

Oui, on reste quand même dans la cuisine gastronomique ne serait-ce qu’en proposant des associations que les gens ne connaissent pas. Ici, j’associe le miel, la betterave et le chèvre frais dans un nem que je recouvre d’une tranche de thon à peine cuit et mariné avec de la badiane et du piment d’Espelette.

Pour ceux qui ne pourront pas venir, peuvent-ils se consoler en réalisant le plat chez eux?

C’est un plat que j’ai à la carte du restaurant depuis un mois, les ingrédients sont les mêmes mais la présentation est différente, plus classique. Le mieux est de venir le goûter chez moi !

Le restaurant de Yannick Delpech : L’Amphitryon, à Colomiers,
http://www.lamphitryon.com/

Pour le grand Fooding d’été : toutes les dates, les lieux et les menus sur
www.lefooding.com

Bon à savoir : des billets coupe-file sont distribués certains jours dans quelques Monoprix, renseignements toujours sur le site du Fooding !

Lucile Escourrou

Leave a reply