Des glaces design

Pour la troisième fois consécutive, Marc Brétillot, designer culinaire, participe à sa manière -forcément gourmande !- aux Designer’s Days, une manifestation originale qui propose de retrouver le travail de designers de talents dans des boutiques parisiennes. Pour Marc Brétillot, ce sera « Now! J’en veux… », un concept nomade. Des triporteurs iront de boutique -participant aux Designer’s Days- en boutique et distribueront des crèmes glacées très design !

Pour comprendre comment née l’inspiration dans le cerveau gourmand d’un designer culinaire, Cocooking a posé trois questions à Marc Brétillot : Delhi/Glasgow, Tokyo/Rome, Le Caire/Athènes, Paris/Sechuan, comment avez-vous choisit les noms de vos glaces, véritables invitations au voyage?

Marc Brétillot :

Avec Fabien Foenix, nous avons d’abord choisi les saveurs de nos glaces. Lors d’une soirée -bien arrosée- nous avons trouvé les noms en fonction de ces saveurs et en jouant sur les mots bien entendu !

Des glaces sucrées salées, des cornets de champignon, de concombre, de salade ou de pain, comment viennent des idées pareilles?

MB :

Pour cette édition des Designer’s Days, la thématique est le désir. Les glaces, que l’on lèche et qui rafraîchissent, m’ont semblé correspondre !

Ensuite, nous sommes partis des contenants : je ne voulais pas utiliser des cornets qui ont un goût assez neutre et le support devait aussi participer de la dégustation. Sans aller jusqu’à dire que les glaces ne fonctionnent pas sans leurs « cornets », je les ai créés pour qu’ils aillent ensemble. Si vous prenez la glace à la vinaigrette, c’est nettement moins drôle sans la salade !

Qu’avez-vous d’abord travaillé pour ces créations gourmandes et design : l’aspect ou le goût ?

MB :

Je voulais travailler sur des légumes pour sortir des sentiers battus en matière de glace.

Puis pour l’aspect comme pour le goût, il a fallu travailler les contenants. Sur un événement pareil, il y a une logistique assez lourde à tenir -1500 glaces par jour- et trouver un moyen de se déplacer. Nous avons choisi des triporteurs, ce qui apporte une contrainte supplémentaire : pas de cornets chauds ! Ensuite on a trouvé les saveurs exactes. Mais ça ne se fait pas en un clin d’oeil, on a essayé une glace au guacamole par exemple mais le goût était écoeurant, très lourd.

Retrouvez les triporteurs « Now! J’en veux… » aux Designer’s Days, du 14 au 18 juin dans Paris
Renseignements sur
http://www.designersdays.com

Lucile Escourrou

Leave a reply