Ciné: On reprend une louche de Ratatouille !

Un petit rat d’égout français qui se passionne pour la grande cuisine et investit les fourneaux d’un grand restaurant, voici la dernière toquade des studios d’animation Pixar. Il serait tentant de ne voir là qu’un petit rat mignon se promenant dans Paris et faisant ses petits yeux doux à tout va pour conjurer le mauvais sort qui s’acharne sur lui… Mais ce serait sans compter sur le professionnalisme de Pixar. Après nous avoir fait découvrir l’univers imaginaire des petits monstres, ou l’océan de Némo, voilà ces conteurs modernes qui s’attaquent à la grande cuisine et, par conséquent pour tout bon américain, à Paris, la capitale mondiale de la gastronomie !

Une histoire pour tous les goûts

Rémy, le petit rat vit au milieu de ses pairs et se nourrit des détritus laissés par les humains. Seulement Rémy à un don, il va instinctivement chercher les meilleures saveurs – se démarquant ainsi de ses congénères prêts à avaler le premier bout de moisi venu- sait les marier et rêve de devenir un grand cuisinier. Mais, bien évidemment, les humains n’attendent pas un rat pour réinventer la cuisine gastronomique. Il lui faudra donc affronter tous les préjugés au péril de sa vie. Pour cela, il trouvera un allié en la personne de Linguini, le jeune commis pas dégourdi du tout de la cuisine d’un des plus grands restaurants parisiens : celui d’Auguste Gusteau, la star des fourneaux.

Un travail de gourmands

Pas question donc pour l’équipe du film de ne pas offrir à ce petit rat les décors et les aliments les plus réalistes. Le producteur et le réalisateur ont commencé par s’asseoir à plusieurs reprises à la table de Thomas Keller, le chef du French laundry, à Napa et le producteur a même mouillé sa chemise en y faisant un stage. C’est d’ailleurs de ce restaurant que vient la recette de la ratatouille que l’on découvre à la fin du film. L’équipe est aussi venue en France inspecter la ville sous toutes ses couture -jusqu’aux égouts- pour donner un aspect vraiment réaliste aux décors. Ils en ont profité pour dîné au Procope, à la Tour d’Argent, chez Hélène Darroze et chez Taillevent afin d’être certains de bien cerner la gastronomie française ! 43 membres de l’équipe technique ont aussi suivi des cours de cuisine pour parfaire leur connaissance. Mais pour obtenir ce rendu unique dans l’histoire de l’animation -pour a première fois, on a envie de manger ce qu’on voit à l’écran !- il a fallu confectionner des centaines de plats dans une vraie cuisine, les photographier, les rentrer sur ordinateur… Et les manger ! Autant dire que l’équipe de Ratatouille a réalisé un travail gargantuesque !

Ratatouille, au cinéma le 1er août Lucile Escourrou

Leave a reply